15/04/2005

Qui Veut n'Est Pas

N’est pas B.I.T.C.H qui veut.

N’est pas B.I.T.C.H qui ne sait pas.

 

Une B.I.T.C.H en est-elle quand il lui vient le doux

Murmure de la médisance comme vilain défaut ?

 

Défaut de cuirasse à défaut de monture. Défaut de pétasse à défaut d’usure.

 

B.I.T.C.H et demi s’en va crier le ventre au frigo,

B.I.T.C.H et sagesse répond la panse au réchaud.

 

B.I.T.C.H en grève pour cause de niaiserie affiche le panneau indicateur de sortie.

Tu vas B.I.T.C.Her s’interrogent les muse-aux ? Tu vas B.I.T.C.Her oui ?

 

Il n’y a plus de colère, il n’y a plus de vilains maux, il n’y a plus rien à taire, tout ce qui compte est sang et haut.

 

Il y a dans le caractère un trait plus fin que les vitraux,

qui donne aux téméraires des envies de bomber le dos,

de laisser glisser les gouttes de passé moribond,

de laisser pisser  outre ceux qui oublient le savon.

 

Et qu’on voulait mater avant.

 

Je suis une B.I.T.C.H qui baise sa main plutôt que de ronger son sein.

Je suis une B.I.T.C.H en profondeur plutôt qu’une furie en chaleur.

Je suis une B.I.T.C.H qui se repose parce c’est la meilleure des choses.

 

Je suis une B.I.T.C.H qui veut.

Je suis une B.I.T.C.H qui sait.


16:00 Écrit par B.I.T.C.H | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.