25/01/2005

Instant tané

Milady (au centre), Julie-tte (left) et Absinthe (right) attendent impatiemment l'arrivée de Luce à Bruxelles...
 
 
(photo de Luis Gispert)

13:39 Écrit par B.I.T.C.H | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

warning ! n'attendez pas l'arrivage (pas le rivage, pas le tsunami) des zélandaises, des hollandaises enfin des moules sutrout si elles sont excessivement puantes. la moule puante, ça ne fait plus rire parsonne, même dans un ascenseur.

Écrit par : quinne | 25/01/2005

et les B.I.T.C.H. BOYZ qui se sont cachés sur les murs!!

Écrit par : A | 25/01/2005

nouvel art art nouveau moule peinte sur toile, moule baveuse en des seins crayon, moule globuleuse soufflée, moule humidifiée à l'eau de mer. moule dans un moule d'acier (une femme dans une voiture noire)

Écrit par : quinne | 25/01/2005

ohhhhhh mes belles BITCH !

Écrit par : L. | 25/01/2005

courage tu tiens le bon bout.... LA NEVROSE OBSESSIONNELLE

Etymologie : : du latin « obsidère » (occuper un lieu, assiéger)

Définition ::
L’obsession est une idée qui envahit la pensée d’un sujet, contre laquelle il ne peut lutter malgré le fait qu’il trouve cette idée absurde et en contradiction avec sa personne.
Le sujet tenterait de se défendre inconsciemment de ses pulsions érotiques

Symptômes :
· Peur des maladies, des microbes, de la saleté, d’où le refus du toucher, de nombreuses vérifications, et des incessants lavages de certaines paries du corps (rites compulsifs). Parfois, gestes ou formules conjuratoires.
· Doute obsédant d’avoir oublié de faire quelque chose, d’avoir commis une erreur (crainte d’avoir mis le feu, de s’être trompé dans ses calculs).
· Crainte de commettre un acte absurde, voir criminel.

Traitement :
· Maintenir une insertion socioprofessionnelle.
· Traitement en milieu hospitalier en association avec des anxiolytiques et neuroleptiques.
· Thérapie comportementale.
· Psychothérapie d’inspiration psychanalytique.

Evolution :
Dans les formes graves, évolue de façon chronique sans rémission.
Variation dans l’intensité des symptômes.
Evolue parfois sur des crises dépressives.

vivement la dépression qu'il se taise...
à moins que mon diagnostique ne soit pas juste et qu'il s'agisse de la tourette... hum...

Écrit par : Ubik | 25/01/2005

Mon chéri il diagnostique et astique les en-quiquinne-eurs !

Écrit par : Julie-tte | 26/01/2005

Les commentaires sont fermés.