11/01/2005

M'rappelle quelques Zunes...

"Elle prodiguait démesurémment des superlatifs qui chargeaient sa conversation où les moindres choses prenaient des proportions gigantesques. Dés cette époque elle commençait à tout TYPISER, INDIVIDUALISER, SYNTHÉTISER, DRAMATISER, SUPÉRIORISER, ANALYSER, POÉTISER, PROSAISER, COLOSSIFIER, ANGÉLISER, NÉOLOGISER ET TRAGIQUER ; car il faut violer pour un moment la langue, afin de peindre des travers nouveaux que partagent quelques femmes. Son esprit s'enflammait d'ailleurs comme son langage. Le dithyrambe était dans son coeur et sur ses lèvres. Elle palpitait, elle se pâmait, elle s'enthousiasmait pour tout événement [...]. Pour elle, tout était sublime,extraordinaire, étrange, divin, merveilleux. [...] Elle usait sa vie en de perpétuelles admirations et se consumait en d'étranges dédains."


[Balzac, in "Illusions Perdues" ]

11:14 Écrit par B.I.T.C.H | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Dis leur Qu'on s'en bitche!

Écrit par : A | 11/01/2005

oui voilà, c'est ça

Écrit par : Julie-tte | 11/01/2005

Les commentaires sont fermés.